Endless Hope ; L'Espoir Infini



Bienvenue sur Endless-Hope !
22 ans après la mort du grand Lord Voldemort, son successeur est prêt à prendre la relève !
Quel rôle jouerez vous dans cette nouvelle guerre ?
Rejoignez nous !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [2] Besoins. [PV Albus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Les acteursEt leur histoire
Hey, moi c'est
Invité !

Mais des fois on m'appelle Invité
avatar





Posté le Mar 7 Jan - 22:09

Bougre, encore une journée sans manger ! Il était déjà dix-huit heures et j'étais de nouveau restée enfermée dans ma salle commune pour travailler. Le Choixpeau ne m'avait pas expédiée à Serdaigle pour rien. Le problème, c'est que j'avais tendance à trop penser à mes devoirs et à oublier que j'avais des besoins naturels, comme me laver, prendre l'air, aller aux toilettes...et surtout manger. C'était la troisième fois des vacances que je sautais un repas, mais cette fois, cela en avait valu la peine : j'avais terminé tout ce que j'avais à faire et je comptais bien profiter de mes derniers jours de vacances pour ne plus rien faire en rapport avec une quelconque activité scolaire.

Toujours en pyjama, je me levai du grand fauteuil qui m'avait servi de meilleur ami ces derniers jours pour me diriger vers la salle de bain. Je pris une douche en prenant soin de laisser couler l'eau chaude très longtemps : c'est que j'avais presque oublié l'effet que ça faisait, de se détendre et de ne plus penser à rien. J'appliquai plusieurs shampoings et autres masques à mes cheveux, comme d'habitude, puis je m'occupai du reste de mon corps. Après quoi, je m'empressai d'enfiler des sous-vêtements ainsi qu'une robe pourpre et je passai un léger coup de crayon à mes yeux, avant de me laver les dents et de vaporiser un peu de parfum dans mon cou. C'était à croire que j'allais au bal de fin d'année, mais en fait, tout ce que je voulais, c'était me sustenter.

Je saluai quelques personnes restées dans la pièce commune avant de m'absenter pour aller dans la Grande Salle. Il était encore un peu tôt pour dîner mais pendant les vacances, les Elfes de Maison en profitaient pour préparer des amuse-bouches aux élèves restés à l'école pendant les fêtes. En même temps, où aurais-je pu aller sachant que toutes les personnes ayant vécu sous le même toit que moi avaient été tuées injustement ? Ça me rappelait que mes devoirs m'avaient éloignée de mon but final : découvrir quel fléau était tombé sur ma famille biologique et mes familles d'accueil pour mieux me venger. De toute évidence, ce n'était pas ce soir que j'allais y songer.

Une fois devant la Grande Salle, je regardai autour de moi à la recherche d'une tête familière mais au premier coup d'd’œil, je ne vis personne. Je pris donc place à la table des Serdaigle où seuls quelques premiers et deuxièmes années étaient installés.
Revenir en haut Aller en bas
Hey, moi c'est
Invité !

Mais des fois on m'appelle Invité
avatar





Posté le Dim 12 Jan - 21:12

Il est dix-huit heures, et comme d'habitude, j'ai déjà faim. Malheureusement, le repas ne sera pas servi tout de suite. Alors je cherche de quoi m'occuper. Alors je teste des sortilèges de métamorphose, ceux du livres de James, que je lui ai piqué. Enfin emprunté. En douce. Je transforme mon réveil en horloge parlante, mon lit en hamac. Enfin bref des choses inutiles mais qui me font bien marrer. Et puis ça fait passer le temps, qui me semble long, avec mon ventre qui gargouille. Et puis je n'ai pas (plus) de réserve de nourriture. J'ai déjà mangé tous les chocolats de Noël. Quand tout cela ne m'amuse plus, je descends à la salle commune pour voir si un ami y est aussi. Malheureusement, je ne croise que des premières années, voire des deuxièmes. Rien de bien intéressant pour discuter. Alors je vais prendre un fauteuil qu'un premier année s'empresse de me laisser en partant à la hâte. Pourtant, je n'ai rien demandé. Il aurait pu le garder. Alors me le laisse t-il parce que je suis un cinquième année ou parce que je m'appelle Potter ? Je ne saurais le dire. Je suis donc confortablement assis dans mon fauteuil, et je joue à faire des formes et des dessins avec lui. Dragons, renard, Big Ben, Buckingham Palace...

Enfin, il est l'heure d'aller manger, ce n'est pas trop tôt. Ou plutôt devrai-je dire qu'il est l'heure... DES PETITS FOUUUUUURS ! Aaah, mon pêché mignon. Quoi de meilleur que les petits fours ? Vous connaissez quelque chose de meilleur que ça vous ? A part les lasagnes bien sûr... Je me dépêche donc de descendre les escaliers, et en même temps, j'en profite pour maudire Salazar, Helga, Rowena, et surtout Godric, qui a eu la mauvaise idée de faire de faire la salle commune au dernier étage, si loin de la Grande Salle ! Quand un estomac crie famine, la route paraît infiniment longue. Quand je rentre dans notre immense salle à manger, une armée de petits fours m'attend gentillement, sagement, sur la table. Il y a déjà un gars de ma classe qui piochent dans ces délices. Je le connais un peu, je lui parle quelques fois en cours. Alors je m'avance vers lui, prend une petite douceur et vais entamer la conversation avec lui. On parle principalement des cours, de ce qu'on y aime, ce qu'on y aime le moins. Puis je vis une personne entrer dans la Grande Salle. Une magnifique fille à la robe pourpre.  Ce n'est nulle autre que Caitlinn Matthews... Mon Dieu, ce qu'elle est belle.

Je suis amoureux de cette fille depuis... Huuum... La première année, dès la première fois que je l'ai aperçu, dans ce couloir, en sortant d'un cœur de Défense Contre les Forces du Mal. Elle était avec ses amies, et elle riait. Je l'ai aussitôt trouvé magnifique. Bien évidemment, le fait d'avoir deux ans de moins qu'elle faisait que jamais je n'avais imaginé lui parler un jour, encore moins lui dire ce que je ressentais quand je la voyais. Néanmoins, un jour arriva où elle m'adressa la parole. Pour mon plus grand bonheur... et ma plus grande stupidité. Que je vous explique. Je descendais dans les escaliers, et un p'tit #@% de Serpentard m'avait fait un croche-pied. Alors j'étais tombé et avait heurté Caitlinn, faisant tomber son sac tout entier, contenant livres, parchemins etc. Sa baguette était tombé, quelqu'un avait marché dessus et elle s'était cassée. Je suis tellement maladroit... Alors je m'étais excusé une bonne centaine de fois,et avais insisté pour lui en racheter une. On avait alors passé la journée ensemble pour lui en trouver une. On avait sympathisé et nous sommes aujourd'hui très amis. Même si dans mon cœur, elle est peut-être un peu plus que cela. Mais cela bien sûr, elle ne le savait. Personne le savait. Ni James, ni Rose, ni Hugo, personne.

Je parle toujours avec mon camarade et jette en même temps des regards en coin vers la belle Caitlinn. Puis je décide d'aller la voir, d'un pas assez maladroit. « Hey salut Cait', lui dis-je en l'embrassant sur la joue. Ça va ? Ca faisait longtemps" !
Revenir en haut Aller en bas
Hey, moi c'est
Invité !

Mais des fois on m'appelle Invité
avatar





Posté le Dim 12 Jan - 22:34

Je ne savais plus où donner de la tête : la longue table était recouverte de douceurs salées. Il y en avait tellement que je sentais que j’allais me servir plusieurs fois, quitte à ne pas manger de plat et à aller me coucher l’estomac rempli uniquement de petites bouchées. Après tout, ne disait-on pas « Après l’effort, le réconfort » ? Si, alors tant pis pour ma ligne et tant pis pour les autres, il en restera bien assez sur la table pour les satisfaire. Comme d’habitude, j’allais laisser les amuse-bouches que j’aimais le moins sur la table, ceux au poisson, en fait.
Après avoir longuement contemplé la nourriture, je finis par tendre le bras vers un petit feuilleté au fromage, quand soudain, j’entendis une voix retentir et surtout, je sentis un baiser se déposer sur ma joue. Finalement, je posai dans un premier temps le petit four dans mon assiette avant de me tourner, dans un second temps, vers l’auteur de cette tendresse. J’aurais reconnu cette voix parmi mille autres, c’était sans aucun doute celle d’Albus Potter, l’un de mes plus proches amis à Poudlard, bien que notre rencontre ne se fut pas déroulée dans les meilleures circonstances possibles. Même si je n’avais jamais eu l’occasion de lui adresser la parole pendant ma deuxième année scolaire, le sorcier n’était autre que le fils de Harry Potter et de Ginny Weasley, par conséquent il m’aurait été impossible d’ignorer son existence. Pour être simple, le Gryffondor m’était rentré dedans. Cela aurait pu s’arrêter là s’il n’avait pas en prime renversé toutes mes affaires en plus de briser ma baguette en plusieurs morceaux. Je me souviens avoir bouilli de l’intérieur, ce jour-là, mais je m’étais contentée de me taire. Albus s’était senti le plus mal du monde et pour se faire pardonner, nous avions passé une journée rien que tous les deux sur le Chemin de Traverse dans le but de remplacer le précieux perdu. Nous avions sympathisé et maintenant, il était l’une des seules personnes à qui je me confiais. Il savait ce qui était arrivé à ma famille mais en aucun cas je ne lui avais parlé de mes intentions vengeresses. Peut-être qu’il serait bien de les extérioriser un jour, mais restait à savoir quand et avec qui. Albus, peut-être.
Je fis un grand sourire au jeune homme, agréablement surprise de le voir, et lui répondis aussitôt :

« Salut toi, ça me fait plaisir de te voir ! Je vais bien et toi ? Vite, assieds-toi, j’ai une faim de loup-garou ! »

Maintenant qu’il était là, j’allais retrouver mes bonnes manières et l’attendre avant de m’empiffrer comme une sauvage. Ce garçon m’avait toujours intriguée malgré notre grande amitié. Il était très gentil, serviable, drôle, courageux, malin et j’en passe, mais je sentais que je passais à côté de quelque chose. Il me restait à trouver quoi. Tout ce que je savais, c’était qu’à ce moment précis, je passais à côté d’une farandole d’amuse-gueules. Je fixai Albus droit dans les yeux, comme pour attendre son feu vert pour commencer le repas, puis je lui demandai :

« Que fais-tu ici ? Tu devrais être autour d’un bon feu de cheminée avec ta famille, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Hey, moi c'est
Invité !

Mais des fois on m'appelle Invité
avatar





Posté le Ven 17 Jan - 8:03

Elle se retourna et mon cœur explosa en un millier (minimum) de papillons. Elle était d'une incroyable beauté. Ce genre de beauté qui vous est impossible d'oublier par la suite. Un visage d'ange, des traits parfaits, des yeux hypnotisants, un très joli nez fin (le nez, partie du visage très importante dans mes critères de beauté), des lèvres... Enfin bref ! Elle était Caitlinn, tout simplement. Troublé, comme toujours par sa beauté, laquelle me déstabilisait toujours, malgré les années, j'acceptai son invitation. Je lui répondis en lui assurant que tout allait bien. Mon ventre, se faisant distinguer par une plainte du plus bel effet (ou pas), eut raison de moi et je m'installai avec elle. 

Je me jetai sur toutes les douceurs qui me passaient sous la main. Je n'avais pas peur d'avoir honte avec elle, car concernant la nourriture, elle savait comment j'étais. Elle savait très bien que c'était un rapport très fusionnel. Elle savait également que j'avais un estomac qui en redemandait toujours. Et c'était vrai, je n'étais jamais rassasié. Je pouvais très bien caler pendant le repas puis avoir une faim de loup une demie-heure après. Elle aussi avait l'air aux anges. Mais qui ne le serait pas face à un tel banquet de petits-fours ? Il y en avait dans tous les coins, à toutes les saveurs. Elle me donnait ceux au saumon, qu'elle n'aimait pas, et je lui échangeais ceux au poulet, pour les mêmes raisons.

"Que fais-tu ici" ? Aaaaah, très bonne question. Mais j'ai honte d'en donner la réponse. C'était tellement... Moi ! "Beeeen, tu sais très bien que je suis le mec le plus maladroit du monde, pas vrai ? Eh ben il m'en est encore arriver une bonne. En fait, le jour des départs, je marchais avec tout ceux qui rentraient à la maison. Je parlais avec des gens de ma classe. On était sur le sentier qui mène au grand portail quand un de mes amis m'a fait remarqué que j'avais oublié ma valise". Oui oui, vous avez bien entendu. J'avais oublié ma valise. Ma valise quoi ! Arrivé à ce point, je ne savais plus distingué si cela relevait de ma légendaire maladresse ou de la connerie la plus profonde.


Non mais c'est vrai ! Comment faisait-on pour oublier sa valise en rentrant chez soi ? Enfin comment faisais-je plutôt, car il ne devait y avoir que moi dans ce cas là. Enfin bref, j'examinai la tête de ma meilleure amie et repris mon récit: "Et donc je suis remonté à la tour Gryffondor, et arrivé là-haut, le portrait avait changé le mot de passe depuis un quart d'heure ! Alors je me suis mis à débiter une liste de tous les mots de passe qui me passaient par la tête. Évidemment je n'ai pas trouvé. Donc j'ai redescendu les sept étages, pour chercher un préfet. Mais ils étaient tous partis. Du coup je me suis retrouvé coincé à Poudlard. Et personne de ma famille n'a pu venir me chercher quand ils ont remarqué mon absence".
Revenir en haut Aller en bas
Hey, moi c'est
Invité !

Mais des fois on m'appelle Invité
avatar





Posté le Lun 20 Jan - 20:37

Le garçon prit place à mes côtés et ne tarda pas à attraper toute la nourriture qu’il pouvait. Une fille a des manières, me direz-vous, mais s’il y avait une personne devant qui je ne me retenais pas, d’habitude, c’était bien Albus ! Je l’accompagnai donc dans un ballet gastronomique : je pris une douceur par ci, une douceur par-là, sans même prendre le temps de les poser dans mon assiette ni même de les déguster. Nous nous complétions tellement que le Griffondor n’hésita pas à me donner les bouchées à la volaille. Les petits fours au poisson, quant à eux, avaient trouvé preneur. A ce rythme-là, je savais que j’allais rapidement être rassasiée, mais je n’étais pas sûre de pouvoir en dire autant à propos de mon ami : ce type était doté d’un estomac auquel on aurait pu jeter un sortilège d’Extension, en bref, le genre de sac où on stocke tout…et n’importe quoi. Au bout d’un moment, je m’arrêtai de manger pour regarder le jeune sorcier se gaver de tout ce qui tombait sous ses mains, ce qui eut pour effet de me faire rire. Je repris ma danse culinaire pendant que mon compagnon se justifiait de sa présence au château. C’est alors que je me stoppai pour pouffer de rire, et, manquant de m’étrangler, je lançai à Albus :
« Ça ne m’étonne pas de toi ! Mais comment as-tu pu faire pour oublier ta valise ? »
Albus était d’un naturel maladroit et en y repensant, il me l’avait bien fait savoir en me fonçant dans le ventre lorsque nous étions dans les couloirs. Depuis le temps, mon ami avait eu le temps de faire plein d’autres bourdes, mais oublier sa valise…ça, c’était la meilleure. Je notai dans un coin de ma tête qu’il fallait que je songe à écrire un recueil des plus belles bêtises commises par le jeune homme. Je pourrais ainsi lui offrir à la fin de l’année, quand j’aurais moi-même fini mes études, comme ça, il en rirait dans son coin, en plus de penser à moi. Il termina son histoire, et moi, en bonne amie que j’étais, je ne pus m’empêcher de rire à nouveau. Je finis par prendre un air compatissant et je posai une main sur son épaule, en guise de consolation. Je tentai de le rassurer, mais mes mots ne parurent pas crédibles plus d’une seconde :
« Ben…ce n’est pas grave, tu sais, ça arrive au moins une fois dans une vie de sorcier… »
Moi-même, je ne pus croire en mes paroles. Je me retins difficilement d’éclater de rire, ne laissant apparaître qu’un sourire édulcoré sur mon visage. Pour me faire pardonner, je pris une douceur au chèvre et je l’approchai de la bouche si joliment dessinée de mon ami. Il fallait le reconnaître, Harry et Ginny avaient fait du beau travail. Mais là n’était pas le sujet de notre conversation. Tout à coup, je pris une mine déçue.
« Si j’avais su que tu étais à Poudlard depuis tout ce temps, on aurait pu passer nos soirées ensemble », dis-je en levant les yeux au ciel. Après tout, j’avais passé la majeure partie de mes vacances seule, enfermée dans ma tour, à travailler inlassablement. Mais ce soir, j’allais accorder tout mon temps à Albus.
Revenir en haut Aller en bas
Hey, moi c'est
Invité !

Mais des fois on m'appelle Invité
avatar





Posté le Jeu 23 Jan - 16:55

En me voyant ainsi manger, on pourrait croire que j'allais me contenter de la mise en bouche et que j'allais m'arrêter aux petits-fours. Non non. Cela serait mal me connaitre. J'avais toujours de la place pour manger, toujours. J'en aurai pour le repas, j'en aurai aussi pour le dessert. C'était toujours le cas. Ma faim était inaltérable. Quand ma compère m'approcha une onctuosité de la bouche,  au chèvre, mes préférés, je l'ouvris et croquai dedans. La situation me fit rougir (enfin je le croyais car j'eus soudainement très chaud) parce que cela ressemblait à une scène de couple. Une scène comme celle-ci avec Caitlinn, c'était forcément intimidant. Elle était si belle.

Ma complice savait aussi bien me faire rougir de timidité que d'amusement. Elle me posa une question très drôle, mais justifiée. "Comment j'ai fait pour oublier ma valise ? Ben c'est marrant que tu me le demandes, ça c'est aussi la question que je me pose. Que je sois maladroit, ça, c'est sûr tout le monde le sait, tu le sais aussi, mais là ça frise la connerie tu es d'accord" ? Même si elle acquiesçait, je ne lui en voudrais pas. Je savais qu'elle adorait rigoler de mes frasques, mais c'était de la moquerie gentille, sans mauvaises intentions. "Donc ouais, je ne sais pas pourquoi. Je n'ai pas de tête. Ça doit être la seule explication possible".

Sa dernière remarque était juste. Pourquoi n'avais-je pas pensé à lui dire que j'étais au château. Pourtant, je savais très bien qu'elle restait au château pendant les vacances. Mais il fallait dire que j'avais été tellement dégouté de ma bêtise que je m'étais cloitré dans mon dortoir, à lire tous mes bouquins de cours. Même pour le repas de Noël je n'étais pas descendu à la Grande Salle. Tous les jours je me contentais de faire transporter les plats sur mon lit grâce à un sortilège du livre de mon frère. Je sortais juste pour la douche quotidienne et voilà que ma journée était faite. J'étais juste descendu aujourd'hui parce que je devenais claustro de ma chambre.

J'avais bien fait. Très bien fait, cela me permis de passer du temps avec ma Caitlinn. "Oui je suis déçu. J'aurais du penser plus tôt que tu restais, on aurait même pu passer nos vacances ensemble". Je fis une moue de gars trop triste, et elle ne pu résister à mon charme diabolique qui opéra. Elle me fit un câlin que je lui rendis en la serrant fort. Je la lâchai enfin, la regardai dans les yeux, examinai ses traits délicats et lui fis mon plus beau sourire. Puis mon visage se retransforma en une mine triste. Mais cette fois, une vraie, une qui n'était pas feinte, juste pour avoir un câlin. Non, là c'était une vraie de vraie.

Elle me demanda ce qu'il se passait, et je lui répondis: "Ben en te faisant le câlin, je me suis rendu compte de quelque chose, quelque chose qui me rend malheureux, qui me chagrine au plus profond de moi". Elle ne voyait pas où je voulais en venir, et elle m'intima d'arrêter tous ces mystères. "Ben en fait j'ai réalisé que tu ne seras plus là l'année prochaine. Je serais seul, je ne verrai plus mon p'tit rayon de soleil le matin"... Je serais perdu sans elle. Je n'aurai plus ma meilleure amie à mes côtés au quotidien. Je serais orphelin de ma meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Hey, moi c'est
Contenu sponsorisé !

Mais des fois on m'appelle





Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 

[2] Besoins. [PV Albus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Albus Potter
» [Présentation d'un des decsandant d'albus dumbledore]
» Les Phénix d'Albus Dumbledore
» Les besoins d'Haiti selon un article de la Banque Mondiale
» [A reprendre - Elève/Héritier] Albus Potter (Alex Evans) ~ 3e année à Serpentard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Hope ; L'Espoir Infini ::  :: ~> FLOOD :: Anciens RPs-